AÏBO, le chien robot de SONY

C’est sous l’impulsion du docteur Toshitada Doi que nait l’idée des AIBO lorsque celui-ci travailla avec Masahiro Fujita spécialiste et expert en intelligence artificielle, dès 1994. En 1997, Toshitada Doi lancera le Digital Creatures Lab au sein de Sony, sous l’impulsion du président de Sony, Nobuyuki Idei. Le tout premier prototype simiesque fut baptisé MUTANT : il est avant tout un outil de développement pour créer un robot quadrupède autonome.

Deux ans plus tard, le 11 mai 1999, AIBO (Artificial Intelligence roBOt homonyme de 相棒 qui signifie « compagnon » en japonais) voit le jour. Il s’agit d’un robot doté de nombreuses fonctionnalités à l’apparence de petit chien.  Il est tout d’abord muni de nombreux capteurs tactiles lui permettant de détecter lorsque son propriétaire le caresse sur la tête et sur le dos. Il peut alors marquer ses émotions en remuant la queue, en faisant clignoter les LEDs situées au niveau des yeux ou encore en faisant l’un ou l’autre petit bruit.

Deux micros, qui sont situés au niveau des oreilles, lui permettent de reconnaitre certaines commandes vocales préenregistrées (en Anglais ou en Japonnais). On peut ainsi demander à AIBO de s’assoir, de se lever, de chercher son os (AIBone) ,sa balle (AIBall) et même de danser ! Mais attention, comme un vrai chien, AIBO a son caractère et il n’obéira pas forcément aux ordres de son propriétaire.

Comprendre des commandes vocales, c’est très pratique. Mais pour que le toutou soit capable de retrouver sa balle ou son os, les concepteur devaient lui ajouter un sens: la vue. Et il l’ont fait!

Si vous jetez un petit coup d’œil au niveau du museau d’AIBO, vous remarquerez qu’une petite caméra y est intégrée. C’est grâce à cette caméra que le robot est capable de reconnaitre ses jeux par leur forme et leur couleur. Mais elle permet également de prendre des photos, d’enregistrer des vidéos ou tout simplement de contrôler AIBO depuis un ordinateur par l’intermédiaire d’une connexion Wifi. Des cartes avec des symboles spécifiques peuvent également être montrées à AIBO afin qu’il obéisse a des ordres sans passer par la commande vocale.

aibo_1_largeEn ce qui concerne le déplacement, il utilise ses quatre petites pattes pour se promener dans la maison. Celles-ci ne lui permettent pas de monter ou de descendre les escaliers mais la bonne nouvelle, c’est qu’il ne les dégringolera pas non plus. Un capteur de distance renvoie une information au contrôleur lorsqu’un dénivelé trop important est détecté et AIBO change alors de direction.

Bien qu’AIBO ait été vendu à plusieurs milliers d’exemplaires, le 3 mars 2007, Howard Stringer, successeur d’Idei à la tête de Sony annonce l’abandon de tout développement lié à Aibo pour se tourner vers des activités plus rentables.

Galerie photos

Laisser un commentaire