La première femme bionique

L’américaine Claudia Mitchell, 27 ans, est la première femme bionique. Elle peut commander son bras artificiel à six moteurs uniquement par la pensée. Le système mis au point par l’Institut de Réhabilitation de Chicago est ingénieux. Les terminaisons nerveuses du bras manquant ont été greffées sur le muscle pectoral. Celui-ci agit comme un amplificateur biologique. Les signaux nerveux envoyés par le cerveau sont ensuite captés à la surface de la peau grâce à des électrodes, qui finalement actionnent le mécanisme.

A l’institut de recherche IDIAP à Martigny, on manie l’électrode avec dextérité. Le professeur José del R. Millán travaille sur les interfaces cerveau-ordinateur depuis 10 ans. Et les résultats ne se sont pas fait attendre: avec quatre universités européennes, il à mis au point une chaise roulante contrôlée par la pensée. Nom de code du projet: MAIA.

Dans le laboratoire de Martigny, c’est en fait un mini robot qui remplace le fauteuil roulant. Mais le résultat est le même. Le sujet, affublé d’une sorte de bonnet de bain qui peut accueillir jusqu’à 64 électrodes, est capable de diriger le robot dans un labyrinthe de carton.

Laisser un commentaire