Curiosity : atterrissage sur Mars

Le rover Curiosity, de la mission américaine MSL, a touché le sol martien, comme prévu, ce lundi 6 août 2012. Un signal de confirmation a été reçu aux alentours de 7h31 (heure de Paris) au centre de contrôle principal de la mission au JPL, à Pasadena, en Californie.

Une décélération vertigineuse

Pour la 1ere fois de l’histoire, un rover de 900 kg s’est posé sur la planète Mars, ce lundi 6 août 2012, au terme d’un voyage de 570 millions de km qui aura duré un peu plus de 8 mois.

Pendant la dernière étape du périple, une des plus périlleuses, l’engin a subi une décélération éprouvante pour passer de 21 000 km/h à moins de 3 km/h à travers l’atmosphère de la planète rouge.

Curiosity a atteint le cratère Gale comme prévu. Le contact avec le sol a été confirmé aux alentours de 7h31 (heure de Paris). C’est un site idéal pour en apprendre sur le passé de la planète avec un environnement géologique propice au développement de la vie.

Car la mission MSL de Curiosity doit avant tout permettre de répondre à la question : la vie a-t-elle un jour été possible sur Mars ? Grâce à 2 mini-laboratoires embarqués (CHEMIN et SAM), le rover analysera directement des échantillons de roches prélevés sur place et transmettra les données à la Terre.

687 jours d’exploration

Le robot devrait se mettre au travail dans un peu plus d’une semaine. Toutes les fonctionnalités de l’engin doivent d’abord être testées. Le mât ainsi que l’antenne grand gain doivent être déployés et les télécommunications directes avec la Terre pourront alors commencer.

Une 1ere image, en basse définition, est arrivée très tôt après la confirmation de l’atterrissage. Les suivantes sont très attendues car elle doivent permettre aux contrôleurs, au sol, d’identifier précisément le site d’atterrissage et la position du rover.

Curiosity devrait explorer et analyser le sol de Mars pendant 687 jours terrestres, soit une année martienne. Le rover devrait parcourir durant ces 22 mois une vingtaine de km, voire davantage si tout va bien.

Au cours de ses déplacements il est prévu qu’il collecte et analyse environ 70 échantillons de roche et de sol martien. La France participe largement à l’aventure à travers les instruments du rover, ChemCam et SAM, et à travers le centre d’opération FIMOC, installé au Centre spatial de Toulouse.

 

Galerie Photos

Laisser un commentaire